Get Adobe Flash player

Flash infos

La rentrée c'est lundi 11 septembre! Venez essayer le Taï-Jitsu et Self-Défense pour le plaisir.

 

Toute l'année rejoignez notre club! L'inscription est possible à tout moment :-)

FFKaraté

Le Takeda-Budo

Pourquoi Martigues Taï-Jitsu propose des cours de Takeda-budo ?
Comme vous avez pu le remarquer le logo du Taï-Jitsu représente Miyamoto MUSASHI, un célèbre samouraï japonais expert en combat au sabre. Miyamoto MUSASHI fut l’un des plus importants Kenshi (grand maître de ken-jutsu) que le Japon ait connu et dont les exploits ont inspiré de nombreux récits.
Martigues Taï-Jitsu a donc souhaité revenir aux origines en proposant les cours d'une vieille école traditionnelle japonaise et notamment des cours de sabre (Iaïdo).

Qu'est-ce que le Takeda-Budo ?
Le Takeda-Budo (ou Takeda-Ryu) est l'une des plus anciennes écoles de samouraïs japonaises.
En France, l'école est représentée et dirigée par la famille BOUTELET implantée sur Mimet (13105).
Pour en savoir plus, http://www.takeda-budo.fr

 

Comment se passent les cours ?
Les cours peuvent se décliner de façons différentes selon l’objectif du moment, soit par discipline, soit en Sobudo en travaillant un même principe appliqué de différentes manières possibles (au sabre , bâton, pied poing, projection…).  En général pour un cours de 2h00 : taïso 10’ Salut (Reigisaho), travail sur les fondamentaux (Sokutaïdosa : déplacements, chutes, saisies, frappes, dégagements,…) 20’, Techniques de bases (Kihon) 30’, applications (Oyo Waza, Randori) 30’, préparation compétition (Combat, Shiaï) 20’, récupération & salut 10’.

 

Quels sont les disciplines de l'école ?
Les arts martiaux de l'école Takeda se regroupe sous une seule discipline dénommée par le terme "Sobudo", que ce soit l'apprentissage des armes ou des différentes approches du combat à main nue.

L'enseignement de cette école vise à la formation complète de ses pratiquants dans les différentes disciplines (séparées de manières distinctes pour en faciliter l'enseignement); mais "tout est dans tout" et les enseignants de l'école Takeda sont obligatoirement formés à l'ensemble de ses disciplines.

AIKI-JUTSU
Art de l'Aïki : techniques de clés et de projections

 

JU-KEMPO
Méthode de combat pieds poings

KEN-JUTSU
L'art du combat au sabre (bois et bambou)

 

IAI-DO
L'art de la stratégie du sabre (sabre réel)

SHUGI-JUTSU
Art de l'utilisationdu bâton court

JO-DO
L'art du bâton

JU-JUTSU
Méthode de combat libre Self défense

BATTO-GIRI
L'art de la coupe au sabre

SHURIKEN-JUTSU
L'art du lancé de flèches

 

AIKI-JUTSU
Cet art martial pratiqué sans arme est de nos jours étudié comme art de l'autodéfense qui repose sur une stratégie particulière développée issue de l'étude du IN-YO. Il donne à celui qui le maîtrise la possibilité de repousser ou de projeter un adversaire armé ou non et d'aller jusqu'au contrôle de celui-ci.

A l'origine, « l'art de l'AIKI » (AIKI NO JUTSU) était la base spirituelle et stratégique des arts martiaux TAKEDA.

Plus tard, il a servi à développer la technique spécifique de combat à mains nues appelée « AIKIJUTSU ». Aujourd'hui, elle se  nomme « AIKIDO » de l’école Takeda au Japon et ce depuis de nombreuses décennies.

Pour la France cette discipline conserve le nom de Takeda Ryu Aiki no jutsu et prend sa référence dans ce que l’on appelle plus communément AIKIJUTSU.

Basée sur la prise de déséquilibre et de contrôle, elle utilise les techniques de clés, de luxations et de projection. Son enseignement comme pour celui des autres disciplines insiste sur la compréhension de principes essentiels à la pratique du combat. L’apprentissage des techniques n’est pas une fin en soit, mais sert de support à l’assimilation de principes fondamentaux.

L’enseignement se fait de manière progressive selon un programme bien établi partant du 8ème Kyu au 5ème Dan.

Aïki-Jutsu

JO-JUTSU
Le JODO est l'art du bâton de l'école TAKEDA. Son utilisation en tant qu'arme est très ancienne. L’utilisation des armes de samourai telles que le YARI (javelot), le NAGINATA (hallebarde) tout comme le KATANA (sabre) découlent souvent de la pratique du JO (bâton).

Le JODO enseigné dans le style TAKEDA se décline sous deux formes. L’une s’appuie sur des techniques de saisie utilisant le principe du « levier », l'immobilisation ainsi que les projections. L’autre est la pratique de l'escrime au bâton pour lequel la plupart des frappes, coups et techniques de blocage entrent en action.

Jo-Jutsu

SHUGI-JUTSU
Le SHUGIJUTSU repose sur l'utilisation du bâton court. Partie intégrante du JODO, l’utilisation des shugi était connue des paysans de la province de KAI (aujourd'hui YAMANASHI), le pays des TAKEDA. Ils les utilisaient quand ils rencontraient des voleurs ou des brigands. Il leur suffisait de se saisir du premier gourdin à portée de main pour se défendre.

Les techniques de levier, hautement efficaces, pour jeter à terre et immobiliser l'adversaire sont autant utilisées que les techniques de frappe et de blocage.

Shugi-Jutsu

IAI-DO
Le IAI-DO est  l'art du sabre de l’école TAKEDA. Jadis, il s'appelait « BATTO JUTSU » (L'art de dégainer), puis IAI-JUTSU et actuellement IAI-DO.

Son enseignement consiste principalement dans l'art du dégainé avec un sabre réel, la maîtrise de la coupe et le développement de la stratégie du combat.
 
Une des formes d'exercice de combat, le « BATTO SHIAI » est une spécificité de l'école TAKEDA et revêt une particularité dans la pratique actuelle du BUDO. Il est garant d'un niveau technique élevé qui distingue l'art du sabre TAKEDA. Dans ce type d’apprentissage rapidité et précision sont nécessaires. Les partenaires sont placés face à face dans un espace suffisamment large afin que les lames ne se touchent ni l'une ni l'autre. L’arbitrage juge de la qualité technique, de la précision, de la rapidité d’exécution et de la stratégie développée.

A partir d’un certain niveau de maîtrise, le Jyu Kata confronte les partenaires dans des situations de distance et de timing réels. Les notions de courage, d’absence de compromis sont nécessaires dans ces situations de risques extrêmes.

 

BATTO-GIRI
Partie intégrante de l’art du sabre Takeda, l’exercice de la coupe au sabre réel, le fait de rengainer et dégainer dans l’instant demande à la fois maîtrise, courage et humilité. Là où il n’existe aucune marge d’erreur, seul les élèves les plus avancées dans la pratique du sabre bénéficient de l’enseignement de cette discipline.

Batto-Giri

SHURIKEN-JUTSU
Pour les arts martiaux TAKEDA, l'utilisation des armes de jet, SHURIKEN-JUTSU, est étroitement liée au sabre.

Les SHURIKEN étaient non seulement considérés comme une arme de défense ou d'attaque mais surtout destinés à désorienter ou blesser l'adversaire avant d'utiliser le sabre. C'est la raison pour laquelle beaucoup d'exercices sont réalisés à courte distance.

Croire que les lancements sont allégés à longue distance est une erreur. Les armes à jet se stabilisent mieux sur de longues trajectoires, mais lancées à courte distance elles sont plus précisément guidées et contrôlables.

Shuriken-Jutsu

JU-KEMPO
Le combat pied poing de l’école Takeda, permet d’intégrer la stratégie et la dynamique du combat à main nue. L’on retrouve  en Jukempo l’application des principes de l’aiki no Jutsu, dans des situations d’attaque et de défense.
 
Le JUKEMPO est une discipline de combat sans arme de l'école TAKEDA qui résulte d'une combinaison de l'ancien TAKEDA-JUJUTSU (techniques de levier et de projection) avec des éléments (techniques du poing et du pied) du KEMPO chinois (méthode de combat aux poings).

A l'origine, il revêtait la forme du KUMIUCHI (méthode de combat rapproché) à cheval. Plus tard, après que cette forme de combat perdit de son intérêt, le développement du JUKEMPO prit la forme de combat rapproché au sol.

 

KEN-JUTSU
Partie de l'art du sabre, exercices stratégiques de combat et « Tachï Kendo ». Le Kenjutsu est une forme d'escrime, partie essentielle de l'art du sabre. A l'école TAKEDA, les exercices de base sont pratiqués avec un sabre en bois (BOKUTO).
 
Le Kenjutsu, connu en grande partie pour ses deux formes d'entraînement au combat est pratiqué dans le TAKEDA RYU sans protection corporelle. C'est pourquoi, il faut particulièrement bien estimer les différents mouvements et donc jouer un jeu serré.
 
Les seules concessions face â la sécurité sont le FUKURO-SHINAI, un sabre fait de lames de bambou recouvert de tissu et le haut niveau de maîtrise du combattant. 

Seuls, les enfants ainsi que les débutants peuvent utiliser une protection ou armure supplémentaire.

Ken-Jutsu

JU-JUTSU
JU-JUTSU est le terme générique attribué à la majorité des différentes méthodes des combats sans arme (YAWARA, TAI- JUTSU,  WA JUTSU,…)
 
Le TAKEDA RYU JU-JUTSU repose sur les techniques de combat utilisant principalement les projections, de bras de leviers, luxations et de techniques de frappes qui peuvent cependant toujours intégrer selon la situation l'utilisation d'armes. En outre interviennent des techniques d'étranglement, d'enchaînement et d'immobilisation à l'aide d'une corde.
 
Dans le JU-JUTSU, un combat débute avec ou sans arme. Dans le cas premier, l'adversaire arrache l'arme pour s'en servir à son profit ou bien intègre des techniques JU-JUTSU dans un combat avec arme.
 
Ces dernières font partie du domaine des applications traditionnelles. Cependant, Le TAKEDA RYU JU-JUTSU s'est de tout temps ajusté aux exigences du moment. Aujourd'hui, il désigne la méthode de combat, d'attaque et de self-défense intégrant tous les aspects du combat, contre un ou plusieurs adversaires armés ou non.